BUDGET 2017 : DES AVANCÉES MAIS LE COMPTE N'Y EST PAS

L’examen de ce budget s’effectue dans un contexte qui conforte les analyses que portait la liste Nouveau Monde en Commun lors des dernières élections régionales.

En effet, la crise économique et sociale continue sous les effets d’une politique gouvernementale inefficace et injuste. La nécessaire transition écologique est brandie en paroles mais reléguée au second rang dans les actes. La crise démocratique rend la situation chaotique dans une vague de « dégagisme » contre l’ancien monde politique avec l’éviction de Nicolas Sarkozy puis le rejet signifié de la politique de Manuel Valls et François Hollande qui a tourné le dos aux aspirations exprimées en 2012. Si bien que certaines de nos propositions, reprises au-delà de nos rangs, s’en trouvent renforcées.

Il est ainsi urgent de démontrer dans les actes la possibilité d’autres choix que ceux qui sont mis en échec. Ce budget était donc l’occasion de nouvelles orientations régionales pour l’emploi et les conditions de vie, mettre en place les outils de la planification écologique et œuvrer à l’égalité des territoires et des citoyen-ne-s.

Nous avons obtenus des victoires à partir des propositions que nous portons depuis un an. C’est le cas concernant la nécessité de revenir sur les baisses de dotations décidées par le gouvernement ( 135 millions € de moins en 4 ans pour notre Région), l’inscription budgétaire de la gratuité effective des livres scolaires et des équipements pour les lycéen-ne-s et apprenti-e-s, le doublement du budget de l’économie sociale et solidaire et de l’économie de proximité ou encore le recours important à l’emprunt (510 millions d’euros) qui permet notamment de lancer les chantiers de modernisation et de réouverture de lignes suite aux Etats Généraux du Rail et de l’intermodalité. Ce sont autant de points d’appuis qui vont contribuer au bien-être des populations.

Pour autant, nous avons porté des amendements pour aller plus loin dans la réorientation des politiques régionales. Notamment pour donner la priorité au service public d’éducation alors que 7 millions d’euros sont fléchés vers les investissements dans les lycées privés, au-delà des obligations légales contrairement à ce que prévoit la loi. Nous avons aussi défendu le recrutement d’Agents Régionaux des Lycées pour répondre aux besoins dans le service public d’éducation. Nous avons défendu de subordonner toute aide aux entreprises à des critères sociaux et écologiques pour favoriser la relocalisation industrielle. La Région doit aussi renforcer son soutien aux arts et à la culture, c’est pourquoi nous avons proposé d’augmenter ce budget et d’assurer l’égalité de traitement sur le territoire régional. Nous avons enfin proposé de stopper le financement de la LGV Toulouse-Bordeaux telle que proposée par le gouvernement contre l’avis de la commission d’enquête publique. Favorisons plutôt le réaménagement de la ligne existante qui permet d’économiser 5 milliards € tout en mettant Toulouse à 3h30 de Paris.

Sur tous ces sujets, une majorité de l’Assemblée s’est prononcée contre nos propositions. Nous le regrettons et conformément à nos engagements de campagne, nous continuerons à porter ces exigences.

Au final, 6 élu-e-s du groupe Nouveau Monde en Commun se sont abstenu-e-s sur le budget :

Liem Hoang Ngoc, Myriam Martin, Muriel Ressiguier, Jean-Christophe Sellin, Guilhem Serieys et Mylène Vesentini