LE MATCH RETOUR : HOLLANDE ET VALLS CONTRE LA DÉMOCRATIE

Dans un communiqué, les élu.e.s du PCF, de Ensemble!, du PG (FDG), de la NGS, tous membres du groupe Nouveau Monde en Commun, rappellent leurs indéfectible soutien au mouvement social en cours contre le projet de loi de modification du Code du Travail, condamnent ce gouvernement qui est illégitime et réclament la démission du premier ministre.

 Communiqué des élu-es Front de Gauche et Nouvelle Gauche Socialiste du Groupe Nouveau Monde en Commun, région Occitanie

 Le match retour : Hollande-Valls contre la Démocratie

Le retour devant l'Assemblée Nationale, hier, mardi 5 Juillet 2016, du projet de loi de modification du Code du Travail fut de courte durée. Avant même l'ouverture des débats, Matignon annonce que Manuel Valls utilisera l'article 49 alinéa 3 de la Constitution pour faire de nouveau passer le texte en force devant les député.e.s.

C'est une décision anti-démocratique, contraire aux valeurs de liberté du débat démocratique de notre République. C'est la preuve d'autant plus flagrante avec une deuxième utilisation pour le même texte, que ce gouvernement est aux abois.

Face à une contestation sociale qui ne faiblit pas, face à plus des deux tiers de la population qui s'oppose à ce projet de loi, face à 1,5 millions de signatures de pétition, le gouvernement ne répond que par plus d'autoritarisme et de mépris envers nous.

Après le dénigrement des organisations syndicales, une répression policière jamais vu depuis des années envers le mouvement social, le gouvernement n'a plus rien en main que le 49-3 pour faire taire la contestation sociale.

Ce gouvernement doit entendre les revendications de notre camp social sur la question de la réduction du temps de travail, pour une meilleure répartition des richesses et pour un Code du Travail du 21ème  siècle engageant plus de démocratie au sein de l'entreprise.

Les élu.e.s du PCF, de Ensemble!, du PG(FDG), de la NGS,  tous membres du groupe Nouveau Monde en Commun, rappellent leurs indéfectible soutien au mouvement social en cours contre ce projet de loi. Ils condamnent ce gouvernement qui est illégitime, le premier ministre devrait prendre ses responsabilités et démissionner.

Ils seront aux côtés du mouvement social, de tous ceux et de toutes celles qui poursuivent le combat contre cette loi inique. On ne lâche rien !

LA DÉCLARATION EN PDF :