UN GOUVERNEMENT NI DE GAUCHE NI DE GAUCHE, MAIS BIEN MARQUÉ À DROITE

 

 

 

Bruno le Maire, en charge du ministère de à l'Economie, très à droite au moment des primaires, spécialiste du retournement de veste,

Une représentante des grands groupes multinationaux, Muriel Péricaud, au ministère du Travail, pour décricoter le Code du travail dès cet été.

Aucune cohérence et cohabitation possible entre de Nicolas Hulot, chargé de la transition écologique, avec Edouard Philippe, Mr Areva, spécialiste du nucléaire, pilleur du Niger, et qui vient d'affirmer qu'il ne regrette rien de son passé chez Areva. A Mr Hulot de gérer ses contradictions ! 

Bayrou, prêt à toutes les alliances pour revenir au pouvoir, est enfin récompensé.

Récompensé aussi G. Collomb, supporter de la première heure d'E. Macron

Au final, peu de surprise sur l'orientation.

Les cautions de « gauche » de ce gouvernement ne peuvent gommer ce que sera la politique voulue par Mr Macron : une politique de droite qui promet de casser le code du travail en légiférant par ordonnance, d'ubériser la société au nom de sa soi-disant « modernisation ».

Quant au renouveau contrairement à ce qui est affirmé, il n'est pas au rendez vous. Des technocrates aux commandes, des vieux briscards de la politique, des femmes mais une seule à la tête d'un ministère régalien, et pas de ministère à part entière des droits des femmes. Et un G. Darmanin qui était un farouche partisan de la "Manif pour tous".

La « modernité façon Macron » a quelque chose de réchauffée et de déjà vue !

Pour que s'exprime une véritable alternative de gauche, il faut élire le plus de député-e-s possibles à l'Assemblée qui ont soutenu la candidature de Jean Luc Mélenchon. Et il faut, dès à présent, préparer les résistances et les ripostes sociales.

Pas d'état de grâce pour ce gouvernement !

Le 18 mai 2017